29.10.2020 - Conférence de la PSA : Davantage de bien-être animal sur le marché

Conférence de la PSA : Davantage de bien-être animal sur le marché

Outre la politique, la communication et le marketing jouent un rôle important dans le positionnement futur du bien-être animal dans notre société. Mais comment le marketing et les études de consommation peuvent-ils soutenir les ventes de labels de bien-être animal et en normaliser ainsi l’achat ? Des experts sélectionnés exposent les approches et les stratégies marketing pour le thème de la Protection Suisse des Animaux de cette année "Davantage de bien-être animal sur le marché". Les instruments politiques, les mesures sur le point de vente, la création d'une marque commune avec les consommateurs et le storytelling sont des outils importants.

La réunion de la PSA de cette année n'a pas pu avoir lieu en raison de la situation actuelle de la COVID. Comme le sujet est très important pour notre branche, nous avons compilé pour vous cinq présentations d'experts que nous considérons particulièrement importantes.

La Protection Suisse des Animaux (PSA) souligne que seule la combinaison unique d'exigences minimales légales, d'indemnisations ciblées pour les prestations supplémentaires fournies par les agriculteurs et d'efforts de vente sur le marché suisse a déjà permis de réaliser beaucoup de choses dans le domaine de la protection des animaux. Ce système ne peut toutefois fonctionner de manière optimale que dans une complémentarité mutuelle : un affaiblissement trop important d'un domaine entraîne automatiquement un affaiblissement du système global. Actuellement, les chiffres du marché des produits issus de productions respectueuses des animaux semblent stagner ou même décliner, dans divers secteurs. Et ce, malgré le fait que la durabilité et le bien-être des animaux continuent de susciter un grand intérêt dans les enquêtes auprès des consommateurs. Est-ce parce que les consommateurs sont convaincus de l'importance du bien-être des animaux dans la production, mais se comportent de manière contraire lorsqu’ils font leurs achats ? Ou est-ce plutôt dû à l'abondance des appellations d'origine et des marques ? Quel est le rôle du commerce de détail et de la politique dans ce domaine ? Une chose semble claire, selon Cesara Sciarra, directeur de la PSA : "Seuls les agriculteurs qui ont la liberté financière d'apporter des améliorations à leurs écuries et à leur élevage et qui savent qu'ils sont appréciés pour leur travail sont en mesure d'offrir de meilleures conditions de vie aux animaux qu'ils élèvent. Et seuls des agriculteurs motivés sont également capables de maintenir ou de regagner la confiance de la population dans l'agriculture grâce à leur travail".

Comment apporter aux consommateurs des produits d'origine animale fabriqués élaborés avec respect

Dorothea Schaffner, professeure de psychologie économique, explique comment on présente aux consommateurs des produits d'origine animale élaborés avec respect. La psychologie publicitaire et celle des consommateurs ont donc toujours pour objectif de comprendre le comportement des consommateurs et ainsi les questions qui sont posées, à savoir quelles sont les options de conception concrètes qui promettent le succès. Schaffner voit une mesure centrale sur le point de vente. Celle-ci soutient le processus de changement social, de telle sorte que l'achat de produits animaux élaborés avec respect devienne la norme.

En savoir plus

Des voies de production transparentes et un marketing honnête des produits animaux

Jörg Reuter, propriétaire de « Grüneköpfe Strategieberatung » à Berlin, souligne que le changement de valeurs des besoins des consommateurs devrait être plus important dans le marketing. Les besoins en matière de santé et d'auto-optimisation, de régionalité et de reconnexion, de durabilité et de prise de responsabilité doivent être utilisés de manière spécifique. Reuter voit des solutions possibles dans des initiatives de marques communes, qui doivent être créées spécialement avec les consommateurs. De plus, le storytelling est un instrument important, en ce qui concerne les normes les plus élevées du bien-être animal. Lier les labels à une proximité émotionnelle telle que l'attitude et l'excellence des producteurs et générer ainsi une volonté correspondante de payer de la part des consommateurs.

En savoir plus

Comparaison des détaillants : une vue d'ensemble de la jungle des labels

La PSA constate une variété de labels déroutante dans le commerce de détail. Il est donc de plus en plus difficile pour les consommateurs d’avoir une vue d’ensemble de toutes ces marques et appellations d'origine. Des produits plus respectueux des animaux sont disponibles chez tous les détaillants, dont certains sont en train de développer leur propre gamme de labels. Plusieurs facteurs font que les produits sont plus respectueux des animaux, et les différences entre les labels sont donc importantes. Une évaluation globale se trouve dans le rapport détaillé.

En savoir plus

Campagne « Offensive pour la vente de viande sous label ».

La PSA vise, avec la campagne « Offensive pour la vente de viande sous label », à augmenter les ventes, à éliminer les distorsions de prix sur le marché des labels et à garantir des prix équitables à l'avenir. Les acteurs du marché doivent s'engager, dans une approche sectorielle, pour des « rapports de prix maximums », qui peuvent être vérifiés au moyen des prix de production et de vente. Une nouvelle statistique des labels PSA devrait permettre de mesurer et de rendre compte régulièrement de l'engagement des plus grands détaillants sur les marchés des labels.

En savoir plus

Instruments politiques : promotion de la qualité et de la durabilité dans le secteur agroalimentaire

L'introduction des paiements directs basés sur les performances a constitué une étape importante vers une agriculture plus durable et plus respectueuse des animaux. Avec la PA 14-17, de nouveaux instruments en matière de qualité et de promotion des ventes ont été créés en 2013 dans l’ordonnance sur la promotion de la qualité et de la durabilité dans le secteur agroalimentaire (OQuaDu) : d'une part, la mesure de financement « projets innovants » peut être utilisée pour lancer des projets à caractère exemplaire dans le secteur du bien-être animal. La mesure « normes de production » promeut des normes qui vont bien au-delà des exigences légales. L’OQuaDu vise à renforcer les aspects de durabilité en incluant plusieurs étapes de la chaîne de valeur.

En savoir plus

retour