02.02.2021 - Marché des veaux difficile

Pour faire une évaluation objective du marché des veaux, il est indispensable d'écrire quelques mots sur les ventes désastreuses de la viande de veau. Les raisons sont bien connues. Les chiffres suivants parlent d'eux-mêmes : en 2020, environ 5 % de veaux lourds en moins ont été abattus, et du 1er au 17 janvier 2021, c'est 38,8 % de moins que l'année précédente ! C’est une chance que l’offre pour les veaux maigres soit normale. Mais il y a un manque de demande, surtout dans le domaine de l'engraissement des veaux. Cela ne fait tout simplement pas sortir des étables les veaux prêts à l'abattage. Comme le secteur de l'engraissement du gros bétail ne peut pas accepter tous les veaux, la pression sur les prix des femelles AA et des veaux maigres AB et A est considérable. Afin d'approvisionner le marché des veaux, actuellement divisé en deux, en fonction du marché, il est essentiel que les veaux soient achetés et vendus en fonction de leur qualité - et pas seulement sur la base de la lignée paternelle. Il est urgent de le faire à l'heure actuelle, pour assurer une compensation correcte à l'exploitation de naissance et un prix de marché équitable à l'engraisseur. L'allègement du marché, adopté le 22 janvier 2021, est urgemment nécessaire pour stabiliser les prix des veaux d’étal, mais aussi les prix des veaux maigres. Le marché de la viande bovine est équilibré et stable à un bon niveau, ce qui se reflète également dans les veaux maigres mâles AA. La demande d’engraissement pour les veaux maigres femelles AA s'est affaiblie, ce qui signifie une pression supplémentaire sur les prix des veaux maigres femelles.

Depuis le 1er janvier 2021, les engraisseurs (Swissbeef, Viande de veau IG et la FSEV) publient les prix des veaux maigres réalisés, ensemble avec le commerce du bétail. Il s'agit d'une détermination de prix digne de ce nom. En effet, elle est calculée sur la base de 2’000 rapports de prix hebdomadaires. Pour la semaine de négociation à venir, le commerce communique une tendance des prix et du marché correspondante.

La pratique commerciale, avec les poids commerciaux plus élevés de 80 kilogrammes des veaux maigres, est en vigueur depuis un an et a fait ses preuves, du point de vue des marchands de bétail. Les veaux maigres commercialisés sont plus robustes et plus résistants, ce qui se traduit par une nette diminution des plaintes adressées au commerce.

Le veau du SSV doit continuer à être considéré comme la norme de la branche. Pour qu'il devienne la norme, il doit s’étendre à 95 % du territoire, ce qui ne peut être atteint qu'avec les contributions à la santé animale prévues dans la PA22+. Comme la PA22+ sera mise en œuvre seulement plus tard, il n'y aura probablement rien d'autre à faire que d'attendre la base juridique ou alors on peut interpréter généreusement les articles juridiques existants, en faveur de la santé et du bien-être des animaux.

Peter Bosshard

Syndicat Suisse des Marchands de Bétail (SSMB)

retour