31.03.2021 - Projet Bio Suisse

Projet Bio Suisse

Les évaluations approximatives de la première partie du projet de coopération de Bio Suisse sont disponibles : elles montrent qu'il existe encore un potentiel d'amélioration pour la santé des veaux, dans les exploitations de Bio Suisse, tout comme dans les exploitations conventionnelles.

Entre janvier 2020 et février 2021, un total de 89 exploitations de Bio Suisse ont été visitées par des vétérinaires contractuel(le)s du SSV. La visite et l'adhésion au SSV ont été offertes aux éleveurs/-euses par Bio Suisse. L'objectif du projet était de mettre en évidence l'état de santé des veaux dans les exploitations de Bio Suisse. De plus, les agriculteurs et agricultrices biologiques ont été sensibilisé(e)s au thème de la santé des veaux.

Les 89 exploitations avaient été sélectionnées au hasard par le FiBL et Bio Suisse, en tenant compte du type d'exploitation, de la région, de la zone et de la taille de l'exploitation, pour obtenir un échantillon représentatif de toutes les exploitations de Bio Suisse en Suisse. L'échantillon comprenait 41 exploitations de naissances, 40 de vaches mères, 9 d'engraissement de veaux et 5 d'engraissement de gros bétail. Certaines de ces exploitations sont composées de plus d'un type d'exploitation. Une liste de contrôle spécifique au type d'exploitation a été remplie ensemble lors de la visite du SSV. Les listes de contrôle portent les facteurs de risque les plus importants pour la santé des veaux. Pour chaque facteur de risque, zéro ou à six points sont attribués, en fonction de l'importance du facteur sur la santé animale. Plus le facteur est important, plus le nombre de points attribués pour le management sous-optimal est élevé. Le score total est calculé. Plus il est bas, mieux c’est et donc plus les problèmes de santé des veaux sont peu probables. Pour l'évaluation, les exploitations se sont vu attribuer la catégorie « au-dessus de la moyenne », « dans la moyenne » ou « au-dessous de la moyenne », en fonction de leur score total.

L'évaluation des visites de troupeau montre que la grande majorité des agriculteurs/-trices travaillent sur les exploitations avec beaucoup d'engagement, de connaissances et de passion - et que la majorité sont également très ouvert(e)s aux recommandations visant à améliorer la situation. Il y a vraiment du potentiel d'amélioration dans l'élevage des veaux dans les exploitations biologiques également. Dans les exploitations de naissance, le plus grand potentiel d'amélioration réside dans l'apport de colostrum, la quantité de lait, l'apport adéquat d'oligo-éléments aux veaux ainsi qu'aux vaches taries et la réduction des facteurs de stress, surtout pendant les trois premières semaines de vie.

Les résultats des exploitations de vaches mères biologiques étaient en principe similaires. Dans les exploitations de vaches mères également, l'approvisionnement en oligo-éléments des veaux et des vaches taries s'est révélé être un problème fréquent. De plus, dans certaines exploitations, il convient d'accorder une plus grande attention à la lutte contre les parasites et à leur prévention, et d'améliorer l'hygiène dans la zone de vêlage.

Huit des neuf exploitations d'engraissement de veaux visitées sont situées dans des zones de montagne. Les conditions dans ces exploitations diffèrent de celles de plaine, par exemple en raison de la faible disponibilité de veaux d'engraissement ou de la construction des étables et donc du système de ventilation. Lors de l'évaluation des listes de contrôle, on a remarqué que les exploitations, qui n'ont en principe aucun problème ou seulement des problèmes mineurs avec la santé des veaux, ont néanmoins obtenu une note globale relativement élevée dans les zones de montagne. C'est pourquoi le SSV travaille actuellement à l'élaboration d'une nouvelle liste de contrôle pour les exploitations d'engraissement des zones de montagne, afin d'évaluer les conditions réelles de manière appropriée.

Ces résultats ont été présentés à Bio Suisse et aux intéressé(e)s lors d'un « Living Labs », organisé par le Forschungsinstitut für biologischen Landbau (FIBL) le 23 février 2021. La suite des actions sera discutée début avril 2021 lors d'une réunion, d’entre autres, de groupes d’experts de Bio Suisse pour le lait et la viande.

De plus, le projet de coopération de Bio Suisse est entré dans sa deuxième phase, au début de l'année : une fois de plus, plus de 100 exploitations ont bénéficié de services de conseil agricole gratuits de la part du SSV. Cette fois-ci, les agriculteurs/-trices ont pu s'inscrire eux-mêmes. Toutes les visites sont déjà attribuées, et les exploitations qui s'inscriront par la suite seront sur la liste d'attente.

Nous sommes très heureux de la coopération systématique et engagée entre Bio Suisse, le SSV et le FIBL avec le but commun d’améliorer la santé animale par la prévention !

retour