NOUVEAU INFOLINE 032 552 00 86

01.07.2021 - Si tous les veaux sont malades, c'est peut-être à cause du colostrum

Si tous les veaux sont malades, cela peut être dû au colostrum.

Une étude de cas impressionnante montre à quel point il est important que les vaches taries soient maintenues dans un groupe séparé et qu'elles puissent produire du colostrum. Après le changement, la santé des animaux s'est massivement améliorée.

En bref

  • Pour un colostrum de bonne qualité, il faut une durée de tarissement d'au moins quatre semaines.
  • Les vaches taries doivent être détenues dans un groupe séparé, afin qu'elles ne soient pas tétées par d’autres veaux (« voleurs de lait »).
  • Un mauvais apport en colostrum peut être dû à une ingestion insuffisante par le veau et/ou à une mauvaise qualité de colostrum.
  • Les veaux doivent prendre autant de colostrum que possible après la naissance.
  • L'efficacité d'un apport de colostrum peut être mesurée dans le sang des veaux âgés de 2 à 10 jours. Un contrôle régulier est recommandé.
  • La qualité du colostrum a un impact important sur l'état de santé des veaux et peut être facilement mesurée.


Après des années de production laitière et d'élevage avec cœur et âme, la conversion à l'élevage de vaches allaitantes a eu lieu il y a trois ans avec 40 vaches Black Angus et un propre taureau. Le troupeau est divisé en un groupe de vaches avec le taureau et un groupe de génisses et de premiers veaux.

Comme les veaux présentaient des problèmes massifs depuis six mois, on a fait appel au SSV : par exemple, des inflammations du nombril se sont développées chez 30 % des veaux, 30 % ont eu la diarrhée à l'âge de 8 à 10 jours et 50 % des veaux ont été atteint de pneumonies persistantes, parfois difficiles à traiter. Malgré une thérapie intensive, le taux de perte de veaux était de 20 %. De plus, le taux de mortinatalité était de 20 %.

Entre-temps, l’agriculteur avait peur de ce qu'il allait trouver chaque matin dans l’étable. En collaboration avec le vétérinaire du troupeau, une vaccination intranasale contre la grippe des veaux avait déjà été faite pour tous les veaux et une préparation d'immunoglobuline avait été administrée pour la prophylaxie de la diarrhée des nouveau-nés. Jusqu'à présent, cependant, il n'y a eu aucune amélioration. À l'occasion de la première visite du SSV, il est apparu que les deux box de vêlage étaient de grande taille. Ils étaient lumineux et les vaches qui vêlaient avaient un contact visuel avec le troupeau. Cependant, ils n'étaient nettoyés que deux ou trois fois par an et sans nettoyeur à haute pression. Ce n'est pas optimal pour réduire la pression des germes.

Les vaches taries étaient détenues avec le troupeau principal. Le risque de tétée par d’autres veaux (« voleurs de lait ») est alors élevé et l'expérience a montré que cela se produit fréquemment. Par conséquent, la vache tarie ne peut pas produire de colostrum.


Divers signes de problèmes liés au colostrum

Les nombreuses maladies qui sont apparues chez les veaux indiquaient un apport et / ou une qualité de colostrum insuffisants. Jusqu'à présent, le chef d'exploitation n'avait pas été en mesure de mettre en œuvre des mesures structurelles pour séparer les vaches taries. En outre, il ne pouvait pas imaginer qu'un manque systématique de colostrum soit la cause principale de ces problèmes massifs, car il n'avait jamais vu de veau téter une vache tarie.

La visite du SSV a permis de prélever des échantillons immédiatement sur place et de les faire analyser. Aucun agent pathogène n'a pu être détecté dans les excréments d'un veau atteint de diarrhée, et l'examen du veau mort-né suivant s'est révélé négatif aux agents pathogènes causant couramment des avortements. En revanche, sur les dix veaux nouveau-nés suivants, seuls trois ont présenté un apport suffisant de colostrum.

Il s'agit maintenant de déterminer si les veaux ont bu trop peu de lait, si la tétée a été retardée ou si le colostrum était de qualité inférieure. Le colostrum, trait en petites quantités directement après la naissance, a été contrôlé en même temps. Le constat est le même : deux tiers des échantillons de colostrum présentaient une concentration trop faible en substances de défense vitales pour le veau.


Durée du tarissement irrégulière et hygiène sous-optimale

La suspicion d'une durée de tarissement incohérente, combinée à une hygiène sous-optimale dans le box de vêlage, a donc pu être confirmée comme étant la cause principale des problèmes.

Dans le cas présent, un point extrêmement important a été négligé, à savoir que les vaches taries ne doivent en aucun cas être tétées. Les mesures structurelles nécessitant du temps et de l'argent, le déficit a été comblé par l'achat de colostrum, de substitut de colostrum ou de préparations d'immunoglobuline.

Au début, la santé des veaux ne s'est que légèrement améliorée. Trois mois plus tard, cependant, l'étable a été réaménagée de manière que les vaches taries soient en groupe séparé et transférées directement dans le box de vêlage avant la naissance. Depuis la séparation des vaches taries, la situation s'est massivement apaisée et les taux de maladie ont considérablement diminué.


L’apport en colostrum comme « assurance veaux »

Cette étude de cas montre l'importance d'un apport adéquat en colostrum, qui est l'« assurance » la plus importante pour la prophylaxie immunitaire des jeunes veaux.

Pour une qualité optimale de colostrum il faut :

  • Maintenir les vaches taries dans un groupe séparé (sans autres veaux) pendant au moins quatre semaines, afin qu'elles ne puissent pas être tétées par d'autres veaux.
  • Prise de colostrum le plus tôt possible après la naissance : déjà sept heures après la naissance, la concentration d'immunoglobuline est inférieure de 17 % à celle observée directement après la naissance.
  • Seules les mères en bonne santé, sans mammite, produisent du bon lait.


Pour un apport optimal de colostrum:

  • L'apport de minéraux et d'oligo-éléments (notamment de sélénium) pour la mère doit être correct.
  • De même, si les veaux ne tètent pas suffisamment, pensez à donner du sélénium au troupeau.
  • Un vêlage facile et sans stress est d'une importance capitale pour la mère et le veau, pour un début sans problème après le vêlage.
     

Pour les veaux, le colostrum est de l'or liquide
Seule la première traite contient 100 % d'immunoglobuline.

Importance du colostrum

  • Pour le veau, c'est de « l'or liquide » et il agit mieux que toutes les autres substances.
  • Le colostrum contient des anticorps contre divers agents pathogènes ainsi que d'autres substances importantes (par exemple des hormones de croissance).
  • La prise de colostrum est la condition préalable à la mise en place d'un système immunitaire fort et fonctionnel.


Valeurs de référence pour l’apport de colostrum aux veaux de vaches allaitantes

  • Observer et aider la mère et le veau pour la première tétée.
  • Le pis de la mère doit être aussi propre que possible après la naissance.
  • Entre le 2ème et le 10ème jour de vie, le transfert du colostrum peut être contrôlé dans le sérum sanguin du veau par une simple détermination des protéines totales (valeur cible : > 55 g/L).


La congélation du colostrum est possible

  • Au mieux dans des bouteilles en PET ou des sacs de congélation
  • Conservation maximum 1 année
  • Congeler uniquement du colostrum testé de haute qualité


Décongélation du colostrum

  • Dans un bain-marie à 46 °C maximum ;
  • Au micro-ondes en mode décongélation (maximum 250 watts)


Mesure de la qualité du colostrum

  • Colostrocheck : plus la qualité est élevée, plus le colostrum est visqueux (optimal : > 24 secondes à 30°C).
  • Colostromètre : plus le poids spécifique est élevé, plus la concentration d'immunoglobuline est importante (optimal : le champ vert de la tige est peu enfoncé) ;
  • Réfractomètre brix : plus l'indice de réfraction est élevé, plus la concentration en immunoglobuline est importante (objectif : > 22 % BRIX).


Le changement de taureau pour écarter les causes génétiques

En raison du taux élevé de mortinatalité, l’apport du troupeau en oligo-éléments a été contrôlé. Le résultat était satisfaisant. Selon l’agriculteur, les vaches ont vêlé normalement et sans problème, les veaux avaient un poids moyen à la naissance et le body condition score (BCS) des vaches mères se situait entre 3 et 3,5.

La pression était telle que l'agriculteur a changé le taureau, afin d'exclure une éventuelle cause génétique des mort-nés. Le taux de mortinatalité a chuté de manière significative dans l'année qui a suivi la première visite, sans autre mesure.

Vers l'article en ligne (en allemand)

retour