Prévenir la carence en fer – comment procèdent les membres du SSV?

Les veaux doivent prendre un bon départ dans la vie: une croissance intensive assure un bon système immunitaire et donc une santé résiliente, un développement rapide des organes et donc de bonnes performances. En plus de la quantité de lait, l’approvisionnement en quantités suffisantes d’oligo-éléments et de vitamines est crucial. Mais en réalité, le fer, le sélénium et les vitamines liposolubles A, D et E, par exemple, sont à peine présents dans le lait entier. Le lait entier n’est donc pas – contrairement à ce que l’on pourrait supposer – un aliment parfait pour les veaux qui sont censés se développer et grandir rapidement! Nous conseillons donc que les veaux nouveau-nés reçoivent toujours un booster spécifique. Ce sont des préparations sous forme d'injecteur ou de cartouche qui sont administrées directement par voie orale. Pratiquement tous les fabricants d’aliments proposent de tels boosters, dont certains contiennent également des extraits de plantes et des probiotiques bénéfiques pour la santé. Ces derniers sont, par exemple les bactéries lactiques, qui assurent une colonisation de l’intestin par des bactéries non pathogènes et empêchent ainsi la multiplication d’agents infectieux potentiellement dangereux. Comme alternative au booster, le fer et le sélénium peuvent être également directement injectés. Cela se fait en coordination avec le vétérinaire de troupeau. Cette injection a l’avantage d’augmenter directement la concentration de fer dans le sang, alors que, lorsque le fer est donné oralement, il doit d’abord être absorbé dans l’intestin, puis transporté dans le sang.

Compte tenu de l'importance du fer pour la santé des veaux, le Service Sanitaire Veaux Suisse a voulu savoir quel était l'approvisionnement habituel en fer des veaux en Suisse. Pour ce faire, nous avons lancé en décembre 2021 une enquête auprès de plus de 500 exploitations laitières et allaitantes suisses travaillant de manière conventionnelle. Celles-ci ont été priées de remplir un questionnaire et de le renvoyer. Malgré l'effervescence de la période précédant Noël, nous avons reçu 213 réponses de Suisse orientale, centrale et occidentale, soit 166 exploitations laitières et 47 exploitations de vaches allaitantes. Outre des informations générales sur l'exploitation (taille de l'exploitation, fourrages de base, région et niveau de production, etc.), nous voulions savoir quels aliments étaient proposés aux veaux (lait entier, lait en poudre ou formule à base de yaourt) et quelles quantités de lait étaient distribuées quotidiennement pendant les trois premières semaines de vie (4-6 L, 6-8 L ou à volonté). Nous avons également demandé si les veaux étaient en bonne santé pendant la période d'abreuvement (satisfaction subjective, pourcentage de veaux souffrant de diarrhée ou de grippe), si un booster était administré ou si des injections de fer et/ou de sélénium étaient pratiquées de manière systématique.

Les résultats sont impressionnants : en effet, 61% des exploitations laitières participantes administrent un booster pour veaux et 22% injectent une préparation contenant du fer. Dans les exploitations à haute production, l'administration d'oligo-éléments et de probiotiques était particulièrement fréquente. Des boosters ont parfois été administrés, alors que du fer ou du sélénium étaient aussi déjà injectés. Cela semble "de trop" - d'autant plus qu'un dosage trop élevé des substances actives peut aussi avoir des conséquences négatives. Nous avons également vérifié si les exploitations ayant des problèmes de diarrhée fréquents utilisaient moins souvent des boosters ou des injections - mais cela n'a pas pu être démontré. On peut en conclure que l'administration d'oligo-éléments n'est qu'une pièce parmi d'autres dans le grand puzzle de la santé animale. Le feed-back des exploitations laitières était réjouissant et encourageant: sur près de la moitié des exploitations participantes, les veaux reçoivent plus de 8 L de lait entier par jour - l'alimentation ad libitum s'impose donc de plus en plus.

Chez les très jeunes veaux élevés sous la mère, on estime la consommation de lait à environ 10 L de lait entier par jour. En nous basant sur ces observations, nous déconseillons formellement l'abreuvement des veaux avec des quantités limitées de 4 à 6 L de lait entier, comme cela était recommandé auparavant. En effet, cette pratique n'est plus courante que dans 26 des 166 exploitations laitières. L'objection régulièrement entendue selon laquelle les veaux abreuvés ad libitum souffrent plus souvent de diarrhées que les animaux nourris de manière restrictive a pu être réfutée par notre enquête : en effet, les diarrhées fréquentes étaient plus rares dans les exploitations où les veaux recevaient de grandes quantités de lait par jour que dans les exploitations où l'approvisionnement en lait était très limité. Dans la grande majorité des cas, la supplémentation des veaux par booster ou par injection a été jugée efficace et judicieuse.

Dans les exploitations de vaches allaitantes, la situation était globalement similaire. Les 47 exploitations détenaient en moyenne 32 vaches allaitantes chacune. Dans ce contexte, 51.6 % des personnes interrogées ont déclaré administrer régulièrement des boosters à leurs veaux, tandis que 12,8 % d'entre elles ont injecté des préparations à base de fer. La majorité des personnes interrogées ont déclaré qu'elles considéraient l'administration d'oligo-éléments comme utile pour le développement des veaux.

Dans l'ensemble, l'enquête a révélé que la majorité des éleveurs et éleveuses sont conscients de l'importance particulière de l'apport d'oligoéléments pour la santé et la croissance des animaux et qu'ils/elles prennent des mesures préventives. Nous saluons particulièrement cette prise de conscience et soulignons les efforts des détenteurs et détentrices de vaches laitières et allaitantes pour optimiser l'élevage des veaux !

Comme promis, nous avons tiré au sort trois bulletins parmi toutes les réponses reçues. Les personnes suivantes recevront un prix:

  • 1ère prix - Fabian Emmenegger, Hochwald 3, 6173 Flühli
  • 2ième prix - Nicolet Yves, Route de Lentigny 21, 1741 Cottens
  • 3ième prix - Bruhin Stefan, Rainhofweg 3, 8862 Schübelbach

Nous félicitons les personnes gagnantes et souhaitons à toutes et tous une bonne santé et plein succès à la maison comme à l'écurie !

 

retour