„Grandir à la maison“ Sevrage des veaux sur l’exploitation de naissance

L'agriculture biologique compte environ 60 000 vaches laitières. Près de la moitié des veaux ne sont pas gardés sur l'exploitation où ils sont nés, mais vendus à l'âge de 3 à 5 semaines dans le circuit d'engraissement conventionnel. C'est très préjudiciable: d'une part, les veaux ne restent pas dans le circuit bio, d'autre part, la commercialisation précoce entraîne souvent des infections respiratoires sur l'exploitation d'engraissement. Ces infections doivent être traitées avec des antibiotiques afin de minimiser le nombre de malades et de pertes. Le stress lié au transport et le regroupement de veaux provenant de nombreuses exploitations différentes sur l'exploitation d'engraissement sont généralement considérés comme un facteur de risque central pour la santé animale.

Le projet "Grandir à la maison - sevrage des veaux sur l'exploitation de naissance" a été mis en place pour remédier à cette situation. L'élevage prolongé sur l'exploitation de naissance et l'engraissement consécutif des remontes, soit sur l'exploitation de naissance, soit sur une exploitation partenaire, doivent permettre d'éviter autant que possible les maladies - et donc de rendre superflue l'utilisation d'antibiotiques.

 

Le projet a pour but d'établir un modèle d'élevage durable des veaux, axé sur le bien-être et la santé des animaux, mais également sur la viabilité économique dans les conditions spécifiques des exploitations laitières suisses, et de renforcer la crédibilité du secteur bio et de la marque Bourgeon.

 

Pour ce faire, il est prévu d'évaluer d'ici fin 2026 les résultats d'un total de 1'800 veaux élevés et sevrés dans leur exploitation de naissance, soit 40 exploitations laitières bio du canton de Lucerne. Après la période d'allaitement, les veaux restent dans l'exploitation de naissance ou sont placés dans une exploitation partenaire. Le SSV accompagne le projet en rendant visite aux exploitations de naissance et en les conseillant. En outre, le SSV se charge de l'évaluation scientifique des résultats.

 

En résumé, cela signifie:

  • Sevrer les veaux sur l'exploitation de naissance
  • Engraisser les remontes sur l'exploitation de naissance ou une exploitation partenaire
  • Améliorer la santé des animaux, réduire l'utilisation d'antibiotiques, prendre ses responsabilités
  • Renforcer le profil du lait et de la viande de bœuf de pâturage bio et améliorer la qualité des produits
  • Encourager la collaboration, augmenter la valeur ajoutée, développer la valorisation
  • Trouver ensemble des solutions pour la production et la commercialisation.
     

Les agriculteurs et agricultrices intéressées sont les bienvenu.e.s et trouveront des informations supplémentaire sur www.bioluzern.ch ou auprès de Stefan Schürmann (stefan.schuermann@agroecology.science) ou Martin Kaske (martin.kaske@kgd-ssv.ch).

 

 

retour