Vet’s Corner 7/2022

  • Dans de nombreuses exploitations, il est aujourd'hui possible d'enregistrer le temps que les vaches passent à ruminer et à marcher, grâce à des capteurs placés sur leur collier. La valeur de ces paramètres pour prédire le moment du vêlage a été déterminée par un groupe de travail canadien. Lire la suite ...
     
  • Traiter plus efficacement les cétoses en début de lactation en ne trayant temporairement qu'une fois par jour ? Cela fonctionne, comme le montre une étude canadienne récente ...
     

Vous trouverez les réponses à ces questions dans le dernier Vet's Corner.

Activity and rumination changes as predictors of calving in primiparous and multiparous Holstein cows

Les changements d'activité et de rumination comme prédicteurs du vêlage chez les vaches Holstein primipares et multipares.

Macmillan K, Gobikrushanth M, Colazo MG: Activity and rumination changes as predictors of calving in primiparous and multiparous Holstein cows. Livestock Science 2022, 260, 104944; https://doi.org/10.1016/j.livsci.2022.104944

Veterinary Record Open

L'objectif de cette étude canadienne était de vérifier si le comportement de rumination et l'activité de marche pouvaient être des paramètres permettant de détecter le moment du vêlage. Pour ce faire, 94 vaches Holstein (67 primipares, 27 vaches en 2e lactation et plus) ont été équipées de colliers munis de capteurs (Heatime©) trois semaines avant la date prévue de vêlage. La rumination et l'activité ont ensuite été enregistrées en continu pendant des périodes de deux heures. Le vêlage a été enregistré au moyen d'une caméra. L'analyse des enregistrements a montré que la durée de la rumination diminuait de manière linéaire à partir de la 10e heure ante partum pour atteindre un minimum dans les deux dernières heures avant la mise bas (environ 70% de diminution par rapport à la 10e-12e heure ante partum). L'activité de marche a augmenté de manière significative à partir de la 8e heure ante partum pour atteindre un maximum dans les deux dernières heures avant le vêlage (augmentation d'environ 25%). Les primipares se sont avérées plus actives que les vaches plus âgées. En principe, il n'y a pas eu de différences significatives entre les primipares et les vaches en 2e lactation et plus, en ce qui concerne les changements de comportement de rumination et d'activité, mais il y a eu une tendance à ce que les changements se produisent environ deux heures plus tôt chez les primipares que chez les vaches plus âgées. Les auteurs concluent que l'enregistrement de l'activité de rumination et de marche des vaches est utile pour prédire le moment du vêlage.

Reducing milking frequency from twice to once daily as an adjunct treatment for ketosis in lactating dairy cows—A randomized controlled trial

Réduction de la fréquence de la traite de deux à une fois par jour comme traitement d'appoint de la cétose chez les vaches laitières en lactation - un essai contrôlé randomisé.

Williamson M, Couto Serrenho R, McBride BW, LeBlanc SJ, DeVries TJ, Duffield TF: Reducing milking frequency from twice to once daily as an adjunct treatment for ketosis in lactating dairy cows — a randomized controlled trial. Journal of Dairy Science 2022, 105, 1402–1417. https://doi.org/10.3168/jds.2021-20551

Journal of Veterinary Internal Medicine

Cette étude canadienne prospective de terrain a examiné si le fait de ne traire temporairement qu’une fois/jour des vaches à haute production (> 10'000 kg ECM/305 jours) en début de lactation constituait une mesure judicieuse pour traiter la cétose subclinique. Pour ce faire, un échantillon de sang a été prélevé quotidiennement dans la veine caudale de 138 vaches Holstein entre le 3e et le 16e jour post partum, afin de déterminer la concentration de β-hydroxybutyrate (BHB) au moyen du test Cow-side. Les vaches dont le taux était ≥ 1,2 mmol/L lors d'un prélèvement (n = 104) ont reçu 300 mL de propylène glycol par voie orale les 5 jours suivants. Elles ont été réparties de manière randomisée dans deux groupes le jour du diagnostic : les animaux du groupe expérimental (ODM ; n = 51 ; 19 primipares, 32 vaches en 2e lactation et plus) n'ont été traites qu'une fois par jour pendant les deux semaines suivantes. Ensuite, ces vaches ont à nouveau été traites deux fois par jour, ce qui correspond à la procédure appliquée au groupe de contrôle (n = 47 ; 18 primipares, 29 en 2e lactation et suivantes), qui a été traites en principe deux fois par jour. La quantité et la composition du lait ont été enregistrées au cours des 15 premières semaines de lactation.

La traite une fois par jour s'est avérée très efficace dans le traitement de la cétose : dans le groupe ODM, la proportion de vaches hypercétoniques a diminué en 48 heures de 95% chez les primipares (groupe de contrôle - 50%) et de 65% chez les vaches plus âgées (groupe de contrôle -40%). Ainsi, la proportion de vaches nécessitant une deuxième phase de traitement (5 jours supplémentaires avec 300 mL de PG à chaque fois) était significativement plus faible chez les animaux ODM (39% au total) que chez les vaches du groupe de contrôle (64%). Pendant la phase de deux semaines en traite unique, la production laitière a baissé de 26% par rapport à celle des vaches du groupe de contrôle. Au cours de la phase suivante (de la 3e à la 15e semaine de lactation), lorsque toutes les vaches ont été traites deux fois par jour, la production laitière des vaches du groupe ODM était inférieure de 14% à celle des animaux témoins. Par rapport aux animaux de contrôle, la teneur en protéines du lait des vaches du groupe ODM était significativement plus élevée, tandis que la teneur en matières grasses du lait et le nombre de cellules somatiques avaient tendance à être statistiquement plus élevés chez les vaches du groupe ODM.

Les auteurs concluent que le fait de ne traire temporairement qu’une fois par jour s'est avérée très efficace dans le traitement des cétoses subcliniques. Afin d'éviter des effets négatifs à long terme sur la production laitière, il faudrait toutefois encore examiner si une période plus courte de traite unique (5-7 jours) ne serait pas suffisante.

retour