Webinaire de SBS: "La santé de la mamelle"

La première intervention de Friederike Reinecke (vétérinaire et experte en systèmes de traite automatisés auprès du bureau de surveillance de l’hygiène du lait à Giessen) a porté sur la manière de stabiliser et d'améliorer la santé de la mamelle en lien avec le système de traite automatisé (AMS).

La traite robotisée comporte certains risques pour la santé de la mamelle, risques qui peuvent toutefois être réduits dans la pratique par des mesures ciblées.

Risque n° 1 : un seul poste de traite pour 30-60 vaches sans ordre de traite fixe

Mesures pratiques :
 

  • Niveau d'hygiène élevé lors du nettoyage des trayons

  1. Brosses : contrôler régulièrement et remplacer après 30'000 traites ; en cas de germes contagieux, utiliser 2 jeux de brosses en alternance chaque semaine.

  2. Désinfection des brosses : contrôler la pulvérisation, la concentration (avec bandelettes de test), ainsi que la qualité de l'eau

  3. Godets de nettoyage : vérifier la propreté et l'arrivée d'eau par les buses perforées

  • Niveau d'hygiène élevé lors de la traite elle-même

  1. Manchons trayeurs : en fonction du matériau, les changer régulièrement, même plus tôt qu'indiqué en cas de forte pression infectieuse.

  2. Désinfection : vérifier l'efficacité du système utilisé (contrôle du filtre en cas de désinfection à la vapeur ; bandelettes ou test du papier absorbant en cas de désinfection chimique pour exclure un surdosage ou un sous-dosage).

  3. ​​​​​​​Propreté : tous les composants de l'installation qui entrent en contact avec la mamelle doivent être maintenus aussi propres que possible (bras du robot, sol, environnement, etc.).

Risque n° 2 : Les procédures de branchement ne réussissent pas à 100%.

Mesures pratiques :
 

  • Surveiller les traites incomplètes/manquées
     
  • Tenir compte de l'anatomie de la mamelle lors du choix des vaches (sélection)
     
  • Raccourcir les poils de la mamelle (de préférence à la flamme)
     
  • Réduire les facteurs perturbateurs tels que les mouches, les rongeurs nuisibles et le froid
     
  • Respecter les intervalles de service pour réduire les pannes techniques

Risque n° 3 : L’AMS ne peut pas adapter le nettoyage des trayons au degré de salissures. C’est souvent un gros problème aujourd'hui, car il est prouvé que les mamelles très sales augmentent le risque de mammites.
 

Mesures pratiques :

  • Veiller à la propreté de l'environnement : logettes et couloirs

  • Racler fréquemment les excréments derrière le bord de la logette (queue & onglons)

  • Optimiser la litière : litière de haute qualité (avec moins de 1 million d'UFC/g de germes), ne pas la stocker au niveau de la tête (en raison de l'humidité de la respiration des vaches).

  • Repailler les logettes tous les jours

  • Eviter une densité d’occupation trop élevée
     
  • Important : L'hygiène de la stabulation détermine la propreté au robot !
     

Risque n° 4 : Préparation humide des trayons : une grande quantité d'eau dissout les salissures, mais les germes peuvent ainsi mieux pénétrer dans le canal du trayon.
 

Mesures pratiques :
 

  • Le nettoyage humide est une bonne chose, mais tout ne doit pas être détrempé.
     
  • ​​​​​​​Ne pas arroser le sol avec de l'eau tant que la vache est encore dans l'AMS.

  • Lors du nettoyage à la brosse, veiller à la bonne position du racleur

 

Risque n° 5 :Des intervalles entre les traites trop courts/longs/irréguliers entraînent une augmentation du nombre de cellules. Des intervalles trop courts entre les traites entraînent un besoin accru de stimulation, car la pression interne dans la mamelle est faible.

Mesures pratiques :

  • L’intervalle entre les traites ne devrait pas être supérieur à 14 heures, au risque de diminuer la production laitière.

  • L’intervalle entre les traites ne devrait pas être inférieur à 5.5 heures, car le sphincter a besoin de temps pour se régénérer ; un intervalle inférieur augmente le risque de nouvelles infections dans la mamelle.

Autres risques :
 

  • Un apport d’énergie trop élevé à la table d'alimentation entraîne une réduction de la fréquence des visites du robot.
     
  • Une vache avec des onglons en mauvais état marche moins.
    ​​​​​​​
  • Les vaches traitées doivent être systématiquement bloquées ou soignées
    ​​​​​​​

La deuxième contribution venait de Sarah Fritschi, agricultrice & agronome chez Lely à Härkingen. Elle a présenté les nombreuses possibilités de saisie des plans d'alimentation et d'évaluation des données au niveau du troupeau dans le nouveau programme Horizon.  

Dans les exploitations robotisées, pour inciter les vaches à se déplacer, la ration de concentré distribuée à la table d'alimentation doit être légèrement inférieure au potentiel de production laitière moyen calculé pour le troupeau. Pour attirer les vaches dans le robot, l’aliment qui y est distribué doit être appétant, i.e. contenir au maximum 30% de céréales, beaucoup de maïs et peu de tourteau de colza, être présenté sous forme de granulés et non de farine et contenir en outre peu de graisse, mais des composants de haute qualité (sans mycotoxines) et qui ménagent la panse.
​​​​​​​

Nos webinaires pour les agriculteurs/trices et les vétérinaires ont lieu régulièrement le 1er mercredi de chaque mois. Dans le prochain épisode, le 03.08.2022, le premier webinaire en français portera sur l'élevage intensif des veaux ("Le veau d'aujourd'hui est notre vache de demain").

N’hésitez pas à vous inscrire gratuitement et à tout moment à l'adresse suivante https://www.rgs-sbs.tv.

A cette adresse, vous pouvez également consulter les contributions des webinaires précédents.

Nous nous réjouissons de vous rencontrer !
 

Helen Huber & Maren Feldmann

 

 

retour