Dänemark, Road Map internation, living lab

De grands troupeaux et des règles strictes - Discussions passionnantes & visites d'exploitations au Danemark

Texte : Helen Huber

Fin août, j'ai eu l'occasion de participer, pour le SSV et la Suisse, à une réunion au Danemark dans le cadre du projet ROADMAP. ROADMAP est un projet européen d'une durée de quatre ans qui vise à encourager la transition vers une utilisation prudente des antibiotiques dans la production animale, en favorisant un changement de mentalité tout au long de la chaîne d'approvisionnement alimentaire. Des agriculteurs/trices et des vétérinaires de Belgique, de Grande-Bretagne, du Danemark et de la Suisse ont participé à cette rencontre. Le séjour de trois jours comprenait des ateliers et des tables rondes, ainsi que six visites d'exploitations actives dans la production laitière et l'engraissement de gros bétail.

Il est clairement ressorti des nombreuses discussions que les structures en Suisse ne sont guère comparables à celles d'autres pays européens : au Danemark (DK), par exemple, les veaux d'engraissement sont généralement transportés à l'âge de 14 jours de l'exploitation de naissance à l'exploitation d'engraissement. Ils y restent jusqu'à l'âge de 9 à 11 mois environ. L'engraissement des veaux, tel que pratiqué en Suisse, n'existe pratiquement pas au Danemark, car la viande de veau n'est pas un produit très demandé. En revanche, l'agriculture biologique au Danemark est très comparable à celle de la Suisse en termes de parts de marché. 10% des exploitations danoises sont gérées selon des directives biologiques et 13% des denrées alimentaires sont issues de la production biologique. En Suisse, ce sont 17% des exploitations qui produisent 11% des aliments vendus selon les directives bio.

D'un point de vue vétérinaire, il était très intéressant de voir à quel point le suivi vétérinaire du troupeau est déjà ancré au DK. En effet, au DK, un.e éleveur/euse ne reçoit pas de médicaments en réserve ou pour le traitement ultérieur de ses animaux s'il ne reçoit pas la visite d'un.e vétérinaire au moins toutes les deux semaines, si le troupeau n’est pas examiné en détail et si les problèmes existants ne sont pas discutés/traités. Les exploitations bio ne reçoivent aucun médicament pour le suivi de leurs vaches laitières, seuls les veaux de moins de 6 mois peuvent être suivis par l'agriculteur/trice lui/elle-même. De plus, au Danemark, les vétérinaires n'ont pas le droit de vendre des médicaments en stock, ils/elles peuvent seulement délivrer des ordonnances et c’est l'agriculteur/trice qui va chercher les médicaments à la pharmacie.

Du point de vue suisse, la taille des troupeaux et des exploitations danoises est également très impressionnante. Les trois exploitations laitières visitées comptaient 800 vaches (production conventionnelle ; voir photo 1), et 370 resp. 100 vaches laitières en production biologique. Bien que le nombre total de vaches laitières détenues au DK (564'000 en 2021) soit presque égal à celui de la Suisse (534'000 en 2021), la taille moyenne des troupeaux au DK est d'environ 200 vaches laitières par exploitation, contre 27 vaches laitières par exploitation en Suisse. Par ailleurs, le prix du lait conventionnel est actuellement de 4 couronnes par litre (= 52 centimes), ce qui est bien supérieur au prix de 2,80 couronnes de l'année précédente. La raison de cette hausse de prix est supposée être la guerre en Ukraine et la chaîne d'approvisionnement mondiale plus difficile qui en découle.

Chez les trois engraisseurs de gros bétail visités, il y avait entre 300 et 2700 animaux sur l’exploitation (voir photo 2). Ici aussi, les principaux problèmes sont les pneumonies et les otites. A cela s'ajoute souvent aussi les diarrhées, car les animaux sont amenés à l'âge de 10 à 14 jours. Aucune des trois exploitations visitées ne pratiquait de traitement médicamenteux de routine à l’arrivée des veaux. Les taux de mortalité dans les trois exploitations étaient similaires à ceux observés en Suisse, avec respectivement 3%, 4% et 8% (nombreux problèmes actuels). Les gains de poids quotidiens des animaux, d'environ 1200-1300 g, se trouvaient également à un niveau impressionnant dans les exploitations visitées, d'autant plus qu'environ 40% des animaux étaient des veaux mâles Holstein. Il est toutefois apparu clairement que les exploitations d'engraissement qui vont choisir elles-mêmes les veaux sur les mêmes exploitations de naissance sont avantagées par rapport aux engraisseurs qui reçoivent les veaux par l’intermédiaire de marchands.

Au Danemark aussi, il est très difficile de trouver le personnel adéquat pour travailler sur les exploitations. Outre quelques employés danois, une grande partie du personnel au Danemark provient d'Europe de l'Est. Le salaire moyen du personnel agricole est de 20-28 euros/heure et la semaine de travail compte 37 heures (également dans l'agriculture).

 

retour