Pommes de terre vertes – éléments déclencheurs du syndrome hémorragique intestinal?

Pommes de terre vertes – éléments déclencheurs du syndrome hémorragique intestinal?

HBS est le nom anglais d'une maladie potentiellement mortelle associée à une accumulation massive de sang coagulé dans l'intestin grêle des vaches. Cette accumulation finit par provoquer une occlusion intestinale. Les symptômes cliniques typiques sont un refus soudain de s'alimenter, une forte baisse de la production de lait et des symptômes de coliques avec une augmentation du volume de l'abdomen, en particulier du côté droit. Les fèces sont d'abord sanguinolentes et deviennent de plus en plus rouge noirâtre (comme de la gelée de mûres). A un stade avancé, l’animal ne produit plus de fèces.

Une opération précoce peut sauver la vache. Mais plus l'occlusion intestinale dure longtemps, moins les chances de succès sont grandes. Les vaches déjà couchées ne peuvent généralement plus être sauvées. Entre 50 et 100 % des vaches malades meurent.

La science se perd en conjectures

La maladie touche presque exclusivement les vaches laitières. Selon des rapports en provenance des Etats-Unis, ce sont surtout les vaches en haute lactation avec une ration fortement basées sur les concentrés qui sont touchées.

La cause n'a pas pu être clairement établie jusqu'à présent. L'implication de Clostridium perfringens type A avec formation de toxines (toxines α et β2) est discutée. Cependant, il n'a pas été possible de déclencher expérimentalement le HBS avec ces toxines. Il serait également envisageable que les clostridies qui sont fréquemment observées soient davantage une conséquence que la cause de la maladie. Il est en effet possible qu'une hémorragie primaire relativement légère entraîne une multiplication massive de clostridies dont la présence en soi est normale dans l'intestin. Le sang constitue en effet un milieu de culture idéal pour ces bactéries. La formation de toxines par les clostridies qui se multiplient rapidement à l'endroit de l'hémorragie pourrait alors entraîner des lésions supplémentaires de la muqueuse intestinale. Mais même dans cette hypothèse, la cause primaire de l'hémorragie intestinale reste incertaine.

En principe, il semble que des aliments de qualité douteuse puissent favoriser l'apparition de la maladie, en particulier pendant la phase de production laitière maximale. Ces aliments pourraient être à l'origine de l'hémorragie intestinale avec toutes ses conséquences. Ainsi, deux cas de HBS observés à intervalles rapprochés dans une exploitation laitière suisse étaient liés à l'affouragement d'un aliment de production humide, agglutiné, malodorant et donc avarié (Braun et al. 2013).

Les pommes de terre vertes peuvent-elles en être la cause ?

Santé Bovins Suisse a été contactée le mois dernier par une exploitation qui, depuis 12 ans déjà, perd régulièrement des vaches à cause du HBS. Sur 14 vaches touchées, seules quatre ont survécu. La maladie est apparue chez presque toutes les vaches en haute lactation, principalement en automne et en hiver. Il s'agit d'une exploitation laitière gérée de manière professionnelle avec 35 vaches Brown-Swiss d'une production laitière moyenne de 10'000 kg. Le chef d'exploitation a beaucoup étudié la question, mais n'a pas pu empêcher la maladie jusqu'à présent. Comme l’implication de Clostridium perfingens ne peut pas être exclue, il a décidé, en accord avec le vétérinaire du troupeau, de vacciner les vaches à l'automne 2021 avec un vaccin polyvalent contre les clostridies. Mais même après cela, trois cas sont encore apparus.

Depuis des années, l’exploitant affourage ses animaux en automne et en hiver avec des pommes de terre cultivées sur place. Les vaches reçoivent les pommes de terre non commercialisables, y compris celles dont la peau est abîmée et/ou verte. Or, ces pommes de terre contiennent une concentration élevée de solanine. La solanine est une substance végétale secondaire des solanacées faisant partie des glycoalcaloïdes. Elle sert à la plante à se défendre contre les parasites et les agents pathogènes. La teneur normale est inférieure à 100 mg de solanine/kg de matière fraîche. Toutefois, la teneur augmente fortement dans les pommes de terre vertes, endommagées, germées ou congelées. Plus la concentration est élevée et plus les pommes de terre sont utilisées dans l'alimentation, plus le risque d'effets secondaires toxiques est important. C’est pourquoi, la préparation de pommes de terre vertes pour l'alimentation humaine est interdite, afin d'éviter les symptômes typiques tels que les vomissements, les nausées et les diarrhées. En ce qui concerne les bovins, on ne connaît pas les quantités acceptables de solanine. Il est donc difficile d'estimer à partir de quelle quantité des dommages apparaissent chez l'animal. Dans cette exploitation, la quantité distribuée (2 kg de pommes de terre/vache/jour) est plutôt faible. Il est possible que des effets secondaires soient apparus, notamment sous la forme d'inflammations de la muqueuse gastro-intestinale, qui auraient ensuite pu entraîner des saignements dans l'intestin grêle.

Dans cette exploitation, il a été finalement décidé de renoncer à toute "marchandise douteuse" dans la ration des vaches cet automne. Les pommes de terre de mauvaise qualité ont été transportées dans une installation de biogaz située à proximité. Désormais, seules des pommes de terre irréprochables sont utilisées dans l'alimentation. Aucun cas de HBS n’est survenu au cours des dernières semaines. Il est difficile de savoir si l'utilisation de pommes de terre vertes dans l'alimentation des animaux est à l'origine de l'augmentation du nombre de cas de HBS sur cette exploitation, mais de manière générale, il faut absolument éviter d’utiliser des aliments potentiellement problématiques, surtout dans la phase de démarrage de vaches à haute production.

Bibliographie:

Braun U., Gerspach C., Hässig, M.: Haemorrhagic bowel syndrome associated with ingestion of spoiled concentrate in two Brown Swiss cows. Vet. Rec. 2016; 6;179

 

retour