24.04.2020 - Vet’s Corner 3/2020

Quel est l'avantage d'une LBA par rapport à un frottis nasal profond pour les veaux atteints de grippe bovine?
Existe-t-il des facteurs de risque spécifiques aux agents pathogènes pour les maladies respiratoires chez les veaux?
Projet "Veau en plein air" : Quels sont les grands avantages de ce système ? Pour en savoir plus, consultez le dernier numéro de Vet's Corner!

A deep nasopharyngeal swab vs. nonendoscopic bronchoalveolar lavage for isolation of bacterial pathogens from preweaned calves with respiratory disease

Van Driessche L, B R Valgaeren, L Gille, F Boyen, R Ducatelle, F Haesebrouck, P Deprez, and B Pardon

Journal of Veterinary Internal Medicine 2017 ; 31 : 946-953.

L'objectif de cette étude belge était de comparer les résultats de la culture bactériologique et de la surprolifération commensale, chez les veaux atteints de maladies respiratoires, entre les échantillons obtenus par frottis nasal profond (FNP) et ceux obtenus par lavage bronchoalvéolaire non endoscopique (LBA).

À cette fin, 183 veaux (114 cas et 39 animaux contrôles) provenant de 14 exploitations d'engraissement (veaux et gros bétail) ont été testés. Les veaux ont été définis comme « cas » selon une échelle de 4 points basée sur leurs symptômes cliniques (léthargie, toux, température rectale, écoulement nasal) et sur un examen avec une échographie thoracique. Pour chaque veau, un FNP et un LBA ont été effectués. À cette fin, l'entrée des naseaux a d'abord été nettoyée avec de l'alcool, puis, dans le cas du FNP, un écouvillon nasal de 16 cm de long a été soigneusement inséré jusqu'au nasopharynx, puis placé dans le milieu Amies et amené au laboratoire. Dans le LBA, un cathéter flexible a été inséré médioventralement dans la cavité nasale après le nettoyage à l'alcool, puis a été introduit dans les bronches par le larynx et la trachée. Là, 20 ml de NaCl stérile ont été injectés et immédiatement aspirés à nouveau. Si nécessaire, cette procédure était répétée et ce qui a été aspiré était ensuite transporté au laboratoire. Au laboratoire, la présence de Pasteurella multocida, Mannheimia haemolytica, Histophilus somni et Mycoplasma bovis était déterminée par culture.

Les résultats montrent que les échantillons de LBA sont nettement moins contaminés que les échantillons de FNP. Dans près de 80 % des échantillons de LBA, un résultat interprétable a pu être obtenu, contre 30 % des échantillons de FNP. En outre, H. somni a pu être isolé plus fréquemment à partir d'échantillons de LBA qu'à partir d'échantillons de FNP.

Il s'ensuit que la LBA non-endoscopique, qui est réalisable en pratique, est la meilleure méthode pour diagnostiquer les agents pathogènes des maladies respiratoires chez les veaux et que la rentabilité de la bactériologie est nettement plus élevée.

En savoir plus


Pathogen-specific risk factors in acute outbreaks of respiratory disease in calves

Pardon B, J Callens, J Maris, L Allais, W van Praet, P Deprez, and S Ribbens

Journal of Dairy Science 2020 ; 103 : 2556-2566.

Les auteurs de cette étude belge ont tenté d'identifier les facteurs de risque spécifiques aux agents pathogènes qui entrent en jeu en relation avec les maladies respiratoires des veaux (bronchopneumonie enzootique, BPE). À cette fin, 128 manifestations de la maladie ont été étudiées (29 chez des veaux d'élevage, 41 chez des veaux d'engraissement et 58 dans des groupes mixtes). Dans chaque groupe, un échantillon groupé de lavage bronchoalvéolaire non endoscopique (LBA) a été analysé par PCR semi-quantitative pour 7 agents pathogènes de la BPE (BRSV, PI-3, coronavirus bovin BCV, P. multocida, M. haemolytica, H. somni et M. bovis). Les facteurs de risque ont été définis à l'aide de questionnaires et de données provenant de la base de données sur le trafic d'animaux.

La plupart des manifestations de BPE ont surgi entre octobre et mars. Des infections virales simples ont été détectées dans 58,6 % des cas et des infections virales multiples dans 13,3 % des cas. Le BCV était le virus le plus fréquemment détecté (38,4%), suivi du BRSV (29,4%) et du PI-3 (8,1%). Pasteurella multocida était l'agent pathogène bactérien le plus fréquemment détecté (89,1 %), suivi par M. haemolytica (41,2 %), H. somni (36,4 %) et M. bovis (33,3 %). Les facteurs de risque spécifiques de la présence du BCV était la présence simultanée de M. haemolytica, la taille du troupeau et la présence du BCV dans les selles des veaux l'année auparavant. Une accumulation saisonnière n'a pu être déterminée que pour le BRSV. D'autres facteurs associés à la détection du BRSV étaient la détection du PI-3, la prévalence des veaux cliniquement malades et le nombre de jours avec des symptômes respiratoires avant l’échantillonnage. En plus de son association avec le BCV, M. haemolytica (et aussi H. somni) a été plus fréquemment détectée dans des groupes de plus de 5 animaux et chez des animaux qui avaient de la sciure comme litière. L'achat d'animaux pourrait être identifié comme un facteur de l'apparition de M. bovis.

En savoir plus

Effect of the novel concept “outdoor veal calf” on antimicrobial use, mortality and weight gain in Switzerland

Becker J, G Schüpbach-Regula, A Steiner, V Perreten, D Wüthrich, A Hausherr and M Meylan

Preventive Veterinary Medicine 2020 ; 176 : 104907.

Cet article décrit l'effet du nouveau concept de gestion globale des veaux, appelé "veau de plein air", qui a été développé dans le cadre d'une vaste étude à la clinique des ruminants de la faculté Vetsuisse de l'Université de Berne, en collaboration avec IP-SUISSE et la Fédération des coopératives Migros.

Ce concept a été mis en œuvre dans 19 troupeaux de veaux (fermes expérimentales) et comparé à 19 troupeaux traditionnels (fermes de référence) dans la même région. Les fermes comparées ont suivi les lignes directrices de l'IP-SUISSE et disposaient, entre autres, d'écuries avec accès à un parcours non couvert. Les veaux des fermes expérimentales participant à l'étude ont été achetés dans des fermes voisines et ont été livrés et installés directement sans contact avec d'autres veaux. Dans les fermes expérimentales, les animaux achetés et les animaux nés à la ferme vivaient d’abord pendant 3 semaines en plein air dans des igloos individuels avec un contact visuel avec les congénères - au sens d'une quarantaine - et étaient vaccinés de façon intranasale. Plus tard, ils ont été placés en petits groupes de 10 animaux maximum, également en extérieur dans des igloos collectifs avec un parcours protégé par un toit et couvert de litière. Cela leur a permis de profiter de l'air libre dans le parcours protégé. Ils ont été exposés à moins d'agents pathogènes et de gaz nocifs. Chaque ferme a été visitée chaque mois pendant un an et des données sur la santé, le traitement et la production ont été recueillies.

L'intensité moyenne du traitement (mesurée par la méthode de la dose thérapeutique quotidienne) était 5,3 fois plus faible dans les fermes expérimentales, et la mortalité était 2,1 fois plus faible que dans les fermes de référence. Les gains quotidiens moyens ne diffèrent pas d'une exploitation à l'autre.

On peut conclure de ces résultats que la mise en œuvre de méthodes relativement simples pour minimiser les facteurs de risque permet une réduction drastique de l'intensité des traitements et de la mortalité dans les élevages d'engraissement sans affecter négativement la santé animale ou les gains quotidiens.

En savoir plus

retour