14.05.2020 - Vet’s Corner 4/2020

A peine l'hiver terminé, tout est en fleurs et croît, les mouches bourdonnent que déjà les infections oculaires du bétail augmentent à nouveau. Quels sont les agents pathogènes les plus courants de l'œil rose (= kérato-conjonctivite infectieuse bovine) ? Dans une étude, l'efficacité de la cyperméthrine et autres a été testée en utilisant un pour-on ou un clip d'oreille. Quel effet peut-on obtenir en vaccinant à deux reprises contre l'agent pathogène Moraxella bovoculi?

A multiplex real-time PCR assay for the detection and differentiation of five bovine pinkeye pathogens

Zheng W, E Porter, L Noll, C Stoy, N Lu, Y Wang,X Liu, T Purvis, L Peddireddi, B Lubbers, G Hanzlicek, J Henningson, Z Liu, J Bai

J Microbiol. Methods 2019; 160: 87-92.

La kérato-conjonctivite infectieuse bovine (KCIB) est l'une des maladies oculaires les plus courantes chez les bovins. De nombreux agents pathogènes y sont associés. Les plus courants sont les suivants : Moraxella bovis, Moraxella bovoculi, Mycoplasma bovis, Mycoplasma bovoculi et le virus de l'herpès bovin de type 1 (BHV-1). Une PCR multiplex en temps réel, pour la détection et la différenciation de ces 5 agents pathogènes, a été développée et testée dans cette étude sur 179 bovins cliniquement malades. Ceux-ci étaient positifs pour Mycoplasma bovoculi dans 88,8% des cas (159/179), 75,9% pour Moraxella bovoculi (136/179), 60,3% pour Moraxella bovoculi (108/179), 11,7% pour Moraxella bovis (21/179) et 10% pour Mycoplasma bovis (18/179). Parmi les 179 cas cliniques, 100 (55,8%) ont eu une infection à Moraxella bovis et Mycoplasma bovoculi, 129 (72,0%) ont eu une co-infection à Moraxella bovoculi et Mycoplasma bovoculi et 93 (51,9%) ont eu une infection à trois agents pathogènes : Moraxella bovis, Moraxella bovoculi et Mycoplasma bovoculi. Les résultats montrent que M. bovis, M bovoculi et Mycoplasma bovoculi ont une prévalence plus élevée dans la population étudiée que Mycoplasma bovis et BHV-1.

En savoir plus

Randomised Control Trial Comparing Cypermethrin-Based Preparations in the Prevention of Infectious Bovine Keratoconjunctivitis in Cattle

Allan J, S Van Winden

Animals 2020, 10: 184.

La kérato-conjonctivite infectieuse bovine (KCIB) causée par Moraxella bovis est transmise par les mouches et survient dans le monde entier, fréquemment pendant les mois chauds. Dans cette étude, 197 animaux ont été traités à la cyperméthrine : 98 l'ont reçue sous forme de pour-on et 99 sous forme de clips auriculaires imprégnés. Les deux groupes ont été comparés entre eux, en ce qui concerne la survenue de la KCIB et les gains quotidiens. Au total, 54 cas de KCIB se sont produits. Aucune différence n'a pu être constatée entre les groupes de traitement (p = 0,362). Les gains journaliers ne diffèrent ni entre les animaux sains et malades (p = 0,739), ni entre les deux groupes de traitement (p = 0,215). Il a été observé que les jeunes animaux de moins de 12 mois (OR 3.5, P < 0,001) et les races à tête blanche (OR 2.3, P = 0,014) tombaient malades plus fréquemment que les autres. Les auteurs dénoncent le fait que l'efficacité de la cyperméthrine n'a pas été testée de manière générale avec un groupe témoin.

En savoir plus

A 2-year randomized blinded controlled trial of a conditionally licensed Moraxella bovoculi vaccine to aid in prevention of infectious bovine keratoconjunctivitis in Angus beef calves

O'Connor A, V Cooper, L Censi, E Meyer, M Kneipp, G Dewell

J vet Intern Med. 2019; 33: 2786-2793.

La kérato-conjonctivite infectieuse bovine (KCIB) a un impact majeur sur le bien-être et les données de production des bovins touchés. La consommation microbienne pourrait être réduite par une vaccination efficace.

L'objectif de l'étude était de tester le vaccin contre l'un des agents pathogènes impliqués dans la KCIB : Moraxella bovoculi, qui a été administré deux fois à des intervalles de 21 à 28 jours. En 2017, 163 animaux (81 vaccinés, 82 non-vaccinés) et en 2018, 207 (105 vaccinés, 102 non-vaccinés) ont été pris en compte dans l'étude. Au cours de ces deux années, davantage d'animaux vaccinés ont été touchés par la KCIB. Le facteur de risque commun était de 1.30.

En 2017, 32% et en 2018, 33% des animaux ont contracté la KCIB. Au total, 19 (35%) animaux vaccinés et 13 (30%) non-vaccinés sont tombés malades en 2017. En 2018, 24 (36 %) veaux vaccinés et 22 (28 %) veaux non-vaccinés sont tombés malades. Aucun effet sur les gains quotidiens entre les animaux vaccinés et non-vaccinés n'a pu être constaté.

Entre la première et la deuxième vaccination, 13 (14%) bovins vaccinés et 7 (8%) non-vaccinés sont tombés malades en 2017 et 30 (22%) bovins vaccinés et 31 (23%) non-vaccinés en 2018.
Dans l'étude, de nombreux animaux sont tombés malades entre la première et la deuxième vaccination. Une autre étude est donc prévue dans laquelle la vaccination est programmée plus tôt dans l'année afin que la protection vaccinale soit pleinement développée lorsque les premières infections de KCIB se produisent.

En savoir plus

retour