29.05.2020 - Vet’s Corner 5/2020

Est-il actuellement déjà possible de vacciner le bétail contre les parasites, à part les vers pulmonaires ? Quel est l'état de la recherche dans ce domaine ? Est-il possible de diagnostiquer la dictyocaulose au niveau du troupeau ? Quelle est la méthode de diagnostic la plus fiable pour diagnostiquer la fasciolose?

Helminth Vaccines in Ruminants
From Development to Application

Claerebout E, P Geldhof

Vet Clin Food Anim 2020; 36:159–171.

En raison du nombre croissant de résistances aux groupes antihelminthiques, la recherche sur les vaccins possibles progresse. Actuellement, il n'existe que quelques vaccins contre les parasites sur le marché. Pour les bovins, un seul vaccin est actuellement disponible dans le monde : celui contre Dictyocaulus viviparus. Des recherches intensives sont actuellement menées sur un vaccin contre Fasciola hepatica. Trouver les bons antigènes qui induisent une immunité protectrice chez l'hôte est le plus grand défi dans le développement d'un vaccin efficace.

Le vaccin contre Fasciola spp. a montré des niveaux de protection significatifs lors d’essais, mais ceux-ci varient actuellement beaucoup d'un animal à l'autre pour des raisons encore inconnues.

Le vaccin actuellement disponible contre Dictyocaulus viviparus consiste à administrer oralement à l'hôte deux fois 1000 larves (L3) vivantes irradiées à un intervalle d'environ quatre semaines. La vaccination complète doit être effectuée au moins deux semaines avant la première sortie au pré. Les animaux vaccinés doivent être traités avec des anthelminthiques, au plus tôt deux semaines après la deuxième vaccination. La vaccination peut être effectuée à partir de l'âge de huit semaines. L'effet protecteur induit est bon. Toutefois, le vaccin présente l'inconvénient de devoir être produit à partir d'animaux vivants et donc de ne pas avoir une longue durée de conservation.

La sécurité du vaccin est l'exigence la plus importante, c'est pourquoi le développement d'un nouveau vaccin prend autant de temps. Un problème supplémentaire se pose avec la durée de conservation du vaccin. Celui-ci dépend fortement du développement parasitaire et de la capacité du parasite à s'adapter à la réponse immunitaire de l'hôte à la vaccination.

En savoir plus

A novel pooled milk test strategy for the herd level diagnosis of Dictyocaulus viviparus

McCarthy C, J Höglund, R Christley, M Juremalm, I Kozlovac, R Smith, J van Dijk

Veterinary Parasitology 2019; X: 100008.

Les méthodes actuelles de diagnostic pour la détection de Dictyocaulus viviparus dans les troupeaux de vaches étaient toutes moins sensibles, lorsqu'elles étaient basées sur les niveaux d'anticorps dans le lait du tank. Dans cette étude, une nouvelle technique de détection et de confirmation de Dictyocaulus viviparus a été testée sur la base d'échantillons de lait individuels regroupés provenant de 10 primipares sélectionnées au hasard. L'étude était divisée en deux phases. Dans un premier temps, la dynamique de l'infection dans les échantillons de lait, pendant la période de pâturage a été examinée. Un prototype ELISA (développé par Boehringer Ingelheim, Uppsala) a été utilisé à cette fin. 231 animaux ont été testés, dont 69 étaient en première lactation. Au total, 501 échantillons individuels de lait ont été prélevés. Des valeurs significativement plus élevées d'anticorps de D. viviparus ont été détectées dans des échantillons de lait regroupés provenant de 10 primipares, par rapport à des vaches plus âgées (0,13 contre 0,07, P < 0,001). Un résultat positif de l'échantillon de lait regroupé des primipares était 14,7 fois plus probable dans un troupeau positif que dans un troupeau négatif. On en a donc conclu qu'il est judicieux d’analyser les échantillons de lait regroupé des primipares en lactation.

Dans la deuxième phase, le test du lait regroupé a été effectué sur le terrain, dans 50 troupeaux laitiers au Royaume-Uni (25 en pâturage et 25 non). La valeur maximale du rapport de densité optique de l'échantillon de lait regroupé de 10 primipares était optimale avec un résultat de 0,16. Cet échantillon avait une sensibilité de 66,7 % et une spécificité de 95,5 %. En comparaison, les échantillons de lait regroupés de l'ensemble du troupeau ont montré une sensibilité de 37,5 % et une spécificité de 63,6 % avec un seuil de densité optique (valeur maximale) de 0,18. Ainsi, cette étude a permis de mettre en évidence une méthode plus fiable pour le dépistage de D. viviparus dans les troupeaux. Les auteurs recommandent de tester systématiquement un troupeau de vaches en automne, indépendamment de tout symptôme éventuel. De cette façon, on pourrait savoir si le parasite circule dans le troupeau et, au cas où, planifier à l'avance les éventuelles mesures de protection pour la prochaine saison de pâturage (vaccination, anthelminthiques).

En savoir plus

Comparative assessment of faecal diagnostics for detection and predictive modelling of endemic Fasciola hepatica infection in sheep and cattle on Australian farms

George SD, AJ George, PF Rolfe, DI Emery

Veterinary Parasitology 2019 ; X : 100001.

Le test coproantigen ELISA est recommandé pour le diagnostic et l'évaluation de l'efficacité de la thérapie de la fasciolose chez les bovins et les ovins et constitue une alternative au comptage des œufs de la grande douve du foie. Des études antérieures ont montré que tester avec coproantigen ELISA à deux reprises : une et six semaines après l'administration de médicaments, permet de vérifier de manière plus fiable l'efficacité thérapeutique.

Une étude de terrain a comparé la concordance du comptage des œufs de la grande douve du foie dans les excréments et de l'ELISA, dans des élevages australiens de moutons et de bovins. Pendant un an, des échantillons mensuels d’excréments ont été prélevés dans trois fermes touchées et analysés selon les deux méthodes. Une augmentation significative de la sensibilité a été démontrée lorsque les deux tests ont été utilisés ensemble. La concordance entre les deux tests était plus élevée chez les bovins que chez les ovins, malgré la faible sensibilité du comptage des œufs de la grande douve du foie.

En savoir plus

retour